Le Conseil fédéral vient de présenter ses objectifs pour 2023.

Le dossier de presse met en exergue un point qui a suscité mon intérêt :

Le rôle de la Suisse comme place financière durable de premier plan doit être consolidé, notamment en ce qui concerne le climat et la biodiversité. À cette fin, la Suisse exerce une influence sur les travaux internationaux en lien avec ces thématiques, y compris au sein du G20 et du Fonds monétaire international (FMI). Le Conseil fédéral décidera de la suite des travaux.

Pour moi, cela veut dire que la Suisse deviendra la championne de la mesure de la biodiversité pour l’industrie financière. Le Conseil fédéral ne se propose pas moins de résoudre la quadrature du cercle !

J’ai cherché à approfondir en examinant les objectifs déclinés pour chaque département et office fédéral. Au chapitre du Secrétariat d’État aux questions financières internationales (SFI) j’ai découvert la formulation suivante :

Rester en pointe en matière de finance durable:
Il s’agit de consolider le rôle de premier plan de la Suisse en matière de finance durable. C’est pourquoi la Suisse participe activement aux travaux internationaux pertinents, y compris au sein du G20 et du Fonds monétaire international (FMI). Une fois informé des derniers développements en date, notamment en ce qui concerne les travaux consacrés à la transparence en matière de climat et de biodiversité, le Conseil fédéral arrêtera au second semestre 2023 la marche à suivre, y compris les mesures qui permettront de renforcer la position de la Suisse dans la finance durable.

Finalement, cela me rassure : nos technocrates financiers pourront toujours dire que leurs collègues des autres puissances financières n’ont pas trouvé le moyen de mesurer efficacement la biodiversité…..

Perroquet
Perroquet